Bilan du projet "Musique" au lycée Jean Rostand (2011-2012)

(actualisé le ) par Webmestre du lycée Jean Rostand

En plus de la classe à PAC musique de cette année en 2nde1 et 2nde2 (qui a produit des chansons originales pour le film "Titus Andronicus etc.", voir l’article), le lycée a participé à un projet départemental fédérateur d’action culturelle autour des musiques actuelles, dont voici le bilan - préparé par Mathilde Descamps, médiatrice culturelle. Le CAC G. Brassens est la structure culturelle partenaire.

Trois classes ont été concernées par le projet départemental fédérateur d’action culturelle autour des musiques actuelles durant l’année scolaire 2011-2012, soit une soixantaine d’élèves. Ajoutons à cela un impact sur l’ensemble des lycéens et le personnel de l’établissement que nous espérons développer l’an prochain.

Deux classes de 1ères générales ont assisté au spectacle "Peace and lobe" au CAC G. Brassens et à la conférence de Gaby Bizien (« du Blues au rap, Cent ans de musique afro-américaine ») dans la salle polyvalente du lycée J. Rostand, en mars.

Une classe de 2nde Electro a pu participer à des ateliers d’initiation au Beat box animés par Kim des Sound Systems, et rencontrer un ingénieur du son à l’occasion des deux séances dans le cadre du cours de M. Peter. Cette même classe a également fait un déplacement au CAC G. Brassens pour assister au spectacle "Peace and Lobe".

L’ensemble des élèves a pu être touché par le projet à différentes occasions dans l’année :

- Janvier : Exposition au CDI sur les métiers liés aux musiques actuelles réalisée et prêtée par le CAC G. Brassens (ouverte à tous les membres de la vie éducative)

- Mars : Happening de KIM dans la maison des lycéens (foyer) sur le temps de la pause déjeuner. Présence d’élèves, de professeurs, de CPE, d’assistants d’éducation.

- Toute l’année scolaire : Affichage (+ brochures) régulier de la programmation de la structure culturelle partenaire aux endroits stratégiques du lycée : foyer, CDI, salle des profs, vie scolaire et infirmerie (dans le cadre de la prévention sur les risques auditifs).

Idée de projet en route, pour l’an prochain touchant les élèves des ateliers en lien avec les infirmières et le médecin scolaire d’enregistrement du niveau sonore des ateliers dans le cadre de la prévention des risques auditifs. Demande de matériel au CAC. Volonté de leur part de s’intégrer au projet départemental : premier lien établi avec eux cette année.

---------------------------------------

 Retour de Vincent Smith, professeur d’anglais :

Classe concernée : 1ère S

1- Spectacle Peace and Lobe

Spectacle très accessible, qui a fait passer des informations utiles pour les élèves sous une forme concrète, ludique et vivante tout à fait appropriée.

2- Conférence de Gabriel Bizien

Excellente conférence qui a permis de sensibiliser les élèves (avec des exemples concrets et un discours à la fois riche et accessible) des notions d’histoire de la musique afro-américaine et son impact social.

Dans les deux cas, l’expérience a été enrichissante pour les élèves et a permis de faire le lien entre des connaissances scolaires et des problématiques artistiques et sociales. L’organisation a été très satisfaisante. Le seul petit regret : si nous avions pu programmer ces événements plus en amont dans l’année scolaire, ils auraient pu s’intégrer de manière plus harmonieuse et efficace dans des séquences pédagogiques.

 Retour de Pierre Peter, professeur de lettres-histoire-géographie :

Classe concernée : 2nde Electro 1 (pro)

BILAN DE L’ATELIER BEAT BOX AVEC KIM

L’atelier Beat Box avec Kim s’est déroulé en deux temps. Une première session a pris la forme d’une présentation non seulement de la discipline artistique mais également d’un des métiers liés au spectacle : celui de sonorisateur.

Le midi Kim a fait une démonstration de Beat Box au foyer, donnant ainsi à voir son art à l’ensemble des élèves du lycée présents à ce moment. Cette première étape s’est parfaitement déroulée et a permis de sensibiliser les élèves non seulement à la discipline du Beat Box mais également à la vision d’un spectacle et à l’attitude qu’il est nécessaire d’adopter en de pareilles circonstances.

Juste après cette première démonstration Kim est venu en cours se présenter aux élèves de 2EL1 (Seconde électrotechnique, Lycée Professionnel, deux groupes de douze). Après une brève démonstration de ses talents, il s’est agit d’une présentation de son métier, de sa passion, de son parcours, sans occulter les contraintes matérielles ou autres. Le contact avec les élèves était très bon et les échanges nombreux et variés. La question du statut de l’artiste et la notion de starification ont été étudiée, de même que l’histoire du courant musical. De même, les élèves se sont montrés particulièrement intéressés par les aspects financiers liés au spectacle.

Après cette première heure, Beat Boxer et sonorisateur ont changé de groupe. La présentation d’un métier du spectacle méconnu des élèves et pourtant en lien avec leur formation (électrotechnique) s’est avérée très fructueuse. Données techniques, matérielles et humaines ont également beaucoup intéressé les élèves.

Au terme de cette première session , les élèves, qui se sont parfaitement conduits, se sont montrés intéressés, captivés et plus curieux encore. De leur côté, les intervenants ont apprécié la spontanéité et la curiosité des jeunes. Une séquence d’initiation au Beat Box était donc clairement envisageable.

Au départ, cette initiation devait se faire en trois temps et déboucher sur un enregistrement. En raison des contraintes d’emplois du temps des élèves, ceux-ci partaient en stage mi-mai, il n’a été possible de faire qu’une heure d’initiation par demi groupe.

Pour chaque groupe cette initiation s’est formidablement déroulée. Je n’ai prévenu les élèves que la veille pour un groupe et que le jour même pour l’autre groupe et ceux-ci sont venus sur un créneau habituellement libre, et le dernier jour des cours, montrant par leur présence même leur motivation et leur intérêt.

Kim connaît parfaitement sa partition et a mené l’initiation d’une main de maître, sachant à la fois animer, motiver et recadrer les élèves. Partant d’une base vierge, il leur a enseigné la lecture des partitions propres au Beat Box en mettant chaque signe en lien avec le son qu’il représente. Chacun leur tour les élèves s’essayaient à reproduire les sons d’une caisse claire ou d’un kicker, éléments de batterie. Peu à peu des groupes d’élèves parvenaient à produire ensemble et au même rythme des séquences sonores. A la fin de chaque heure, Kim devenait le chef d’orchestre d’une classe transformée, un groupe d’élève faisant la ligne rythmique, tandis que d’autres offraient des variations.

Certains élèves se sont sentis immédiatement à l’aise dans cet exercice et d’autres, plus timides, ont fini par s’y jeter eux aussi à corps perdu. De manière générale la participation, la bonne humeur et l’écoute étaient à l’honneur. Le travail de groupe, montrer aux élèves qu’en s’écoutant et en se respectant, ils pouvaient produire quelque chose qu’il ne pouvaient faire qu’ensemble et pas séparément, a été le grand point positif pour cette classe traversée cette année par de trop nombreuses dissensions. A tout point de vue, cette expérience culturelle et musicale s’est révélée positive, tant pour les individus que pour le groupe.

Je tiens à remercier l’ensemble des acteurs de cette expérience, les partenaires du CAC George Brassens, et du LPO Rostand, en espérant que nous pourront ensemble, renouveler ce genre d’expérience.

 Retour de Mme Valette, professeur de français et Référente culture du lycée :

Ce partenariat avec les salles du CRY nous a avant tout permis de donner plus d’ampleur aux actions menées autour de la musique dans notre établissement.

- Trois classes ont pu assister à des conférences (Gaby Bizien et Peace and Lobes). Nous pourrons désormais mieux les intégrer à notre progression pédagogique et les préparer plus en amont avec nos élèves, puisqu’elles sont déjà programmées dans les sorties des élèves de l’année prochaine.

- Une classe a pu bénéficier d’un atelier de Beatbox. Nous espérons que nous pourrons désormais mieux adapter ces activités à l’emploi du temps spécifique des classes, afin aussi d’avoir le temps d’organiser avant les examens une restitution qui permettra de valoriser les élèves et leur travail. Ce travail pourrait par exemple être mieux coordonné avec celui de la classe à PAC musique.

- Des problèmes de dates nous ont restreint dans nos projets ; en effet, l’une des résidences d’artistes au CAC tombait pendant les vacances scolaires.

- Les réunions régulières proposées aussi par Stéphanie et Eric ont vraiment permis de mettre en place une dynamique, de créer une véritable collaboration, de faire le point, de rappeler des échéances. J’espère qu’elles pourront être élargies à plus de collègues l’année prochaine.

Il nous faut travailler l’année prochaine la visibilité de ces actions, les sorties, les activités des élèves et les répartir sur toute l’année, afin de créer une dynamique le plus tôt possible.

En conclusion, le projet cette année avait encore une dimension expérimentale mais il est rassurant de voir que même au « pied levé », un certain nombre d’activités ont pu être menées.


Ce projet d’action culturelle inter-degré, mené en partenariat par le CRY
pour la musique, la DRAC IDF, le Rectorat et L’Inspection académique,
s’appuie sur les ressources artistiques et pédagogiques des structures
culturelles composant le réseau du CRY. Il vise à mener sur trois ans un
travail de sensibilisation autour des musiques actuelles.